Un bilan intermédiaire, le titre est juste : c'est bien de cela qu'il s'agira au fil de cet article, puisque voilà un bon bout de temps que je ne suis venue sur cet espace... Tout comme ça fait un bout de temps que je ne laisse plus le moindre commentaire chez vous toutes, pardonnez-moi...

Étonnant, non ?

Pourtant je vous lis, soyez en certaines, mais l'envie autant que le temps me manquent pour m'attarder devant mon écran, et vous écrire ainsi que j'aimais tant le faire il y a 6 mois encore...

Mettons cela en grande partie sur le compte de mon changement d'environnement professionnel et de nouvelles charges de travail ; en effet, après avoir passé 4 heures minimum sur mon ordinateur au bureau, je ne sens plus guère l'envie de "rempiler" une fois rentrée à la maison et donc, mon ordinateur personnel a perdu son grade de "fabuleux outil de communication", il reste à l'état de simple outil, à la fois informateur de vos nouveautés à vous et fidèle serviteur de mes recherches en tous genres (teinture, filage, crochet, tricot, musique, littérature, géographie, et j'en passe...)

Cela dit, si je mets l'ordinateur de côté je n'ai pas abandonné mes aiguilles et crochets, loin de là ! Mon imagination et mes envies galopent à bride abattue et les ouvrages s'empilent sur des étagères, dans des boîtes, de même que les projets dans ma tête...

Mais revenons d'abord à notre bilan intermédiaire, objet des présentes lignes. Qu'en est-il des projets de ce début d'année, à savoir "Le blog à 4 mains", le rêve d'auto-entreprise, les 2 carrés patchwork par jour, le filage et le jardin de plantes tinctoriales, pour ne vous citer que les plus importants ?

1) Le blog à 4 mains prévu avec Marion est toujours en sommeil, à l'état de brouillon car la jeune fille, à bout de nerfs et de fatigue après plusieurs mois à travailler comme cavalier d'entraînement pour les chevaux de courses (j'emploie à dessein le mot "cavalier" au masculin) et après mûres réflexions sur sa vie qui se profilait alors, a fini par donner sa démission et se tourner vers le métier de... coiffeuse !

Coiffeuse, Marion ???!!! Ma foi, reconnaissons que ça lui va comme un gant, qu'elle est heureuse, heureuse d'apprendre, heureuse de ces nouveaux contacts, de cette vie où elle se doit d'être pimpante, jolie, gracieuse, et qu'elle ne regrette en rien son diplôme de conseillère agricole qui ne lui a pas procuré le moindre emploi... En outre, elle ne se sent en rien dévalorisée du fait qu'elle a aujourd'hui le statut de "simple" apprentie. Elle est heureuse, je l'ai déjà écrit trois fois, on ne l'écrit jamais assez quand c'est la vérité !

Pour le moment donc, elle se contente de crocheter à ses rares moments "perdus" tout en réfléchissant à la tournure que prendra ce nouveau blog le jour où elle voudra que nous l'ouvrions pour de bon.

2) L'auto-entreprise : ça, c'était un projet que je chérissais depuis longtemps, que je remettais au lendemain, ne me faisant pas la moindre confiance. Un jour de mars, une copine m'a proposé de donner des cours de crochet dans sa boutique et j'ai alors décidé de sauter le pas,histoire de faire les choses dans la légalité. Le 16 avril dernier, j'ai donc procédé à mon inscription et c'est ainsi qu'est née La tricoterie. Pour le moment, pas l'ombre d'un cours en vue, ma copine ayant décidé de mettre la clé sous la porte. Qu'à cela ne tienne, j'ai ouvert un espace sur A Little Market, un peu précipitamment car je n'ai encore rien à proposer, dans la mesure où j'en suis encore à élaborer des prototypes pour mes créations. Donc, il y a pas mal de chemin à parcourir encore, mais comme me l'écrivit un jour un de mes professeurs pour m'encourager à poursuivre mes études : ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter. Ce petit mot est toujours là, sur mon bureau, formule magique des moments de doute, je vous le montrerai un de ces jours...

3) Les 2 carrés par jour, joliment baptisés Carrément 2012 par Sylvie, avancent au rythme prévu : à ce jour, 380 pièces multicolores attendent dans leurs cartons que je décide de leur sort. Ah, je mens un peu : leur sort est décidé depuis quelque temps, le "chantier finitions" s'ouvrira en 2013 si les petits cochons ne me mangent pas...

4) Filage et jardinage : ceux-là vont de pair, passablement négligés, mais bien vivants quand même... Si seulement j'avais 48 heures par jour et 8 bras au moins... Mais ça prend tournure, je vous l'assure. Au jardin, une cabane a vu le jour, à la faveur d'un grand élan d'inspiration de L'Homme qui voulait que j'aie mon espace à moi. J'en ferai un coin pour mes teintures, en plus de l'abri pour les outils.  Côté filage, je ne m'exerce pas assez à mon goût et donc, je ne peux me lancer dans la réalisation de fils originaux et texturés. Ce que je produis est intéressant malgré tout mais ne répond pas encore à mes envies profondes. Bon, pas grave, on y travaille quand même et puis, référons-nous au passage à l'adage cité plus haut... J'envisage de rencontrer une éleveuse d'alpagas qui vit pas loin d'ici et dispense des cours de filage ; il faut simplement que je prenne mon courage à deux mains pour aller au-devant de cette inconnue...

Tel est donc mon bilan : mi-figue mi-raisin, pas de quoi se démoraliser, pas plus que se congratuler chaudement, quoi...

Ah, j'allais oublier de vous dire qu'au travail, je commence à "faire mon trou" ! Je pars le matin sans plus me poser de question, sans l'angoisse de la solitude et de l'indifférence. Je crois qu'on se fait à mon franc parler (je ne rechigne toujours pas à dire quand le roi est nu, vous savez bien...) Et puis, on n'a pas tardé à remarquer que je porte des vêtements, sacs ou accessoires faits-main, ça impressionne, ça suscite pas mal de curiosité, de questions et je me prête au jeu de bonne grâce, vous pensez bien, trop contente de communiquer...

Pour en finir avec les "bavardages", quelques nouvelles en vrac avant de vous montrer des photos de mes derniers ouvrages :

- Le 9 juin dernier, nous nous sommes réunies entre passionnées et curieuses à l'occasion de la Journée Mondiale du Tricot. Pour celles qui ne l'ont pas déjà fait, je vous engage vivement à aller lire les reportages chez Pascale et Sylvie qui ont, en temps et en heure, su évoquer cet évènement bien mieux que je ne saurais le faire moi-même.

- Le vendredi après-midi, depuis le mois de septembre dernier, je fréquente avec assiduité l'ARPA (Association pour les Retraités et les Personnes Âgées) Ma copine Patricia m'a entraînée dans cette aventure et je ne manquerais pour rien au monde ces séances riches en rencontres, en amitié et en enseignements. Et là, peut-être est-ce une compensation (ou une raison supplémentaire) à ma discrétion sur la blogo : je papote bien plus que je ne tricote ou ne crochète !

J'ai même eu le plaisir d'apprendre le crochet à Anita et Pierrette qui se montrent aussi assidues que passionnées et ont déjà à leur actif des ouvrages tels que sacs, pochettes, gilets sans manche, coussin en carrés patchwork et projet de plaid. Rien ne les rebute, pas même ma drôle de façon d'enseigner qui les pousse à aller de l'avant et s'exprimer par elles-mêmes au lieu de les enkyster dans les grands principes. Je me considère en effet comme une simple "accompagnante", une sorte de "passeuse", pas un professeur et tout ce que je veux leur apporter, c'est un conseil, une idée, mais surtout pas "MA" façon de faire qui n'est pas la vérité universelle, loin s'en faut...

J'ai aussi traduit pour Michelle une modèle de veste proposé en anglais, se tricotant de haut en bas et d'une seule pièce. Un vrai défi pour elle autant que pour moi, mais vous verriez le résultat, c'est mieux que réussi ! Du coup, j'ai eu envie de me lancer à mon tour et j'ai réalisé avec la même technique un boléro en mohair. Je vous montre la photo un peu plus bas.

Bon, j'écris, j'écris, je m'apesantis, mais vous avez envie de voir des choses, je présume ? Alors, c'est parti !

 

COUSSINS POUR ROMAIN

 Mars : 2 coussins pour le canapé de Romain. Modèle acheté chez The RoyalSisters.

Laine Opéra du Cheval Blanc, crochet n°4. La réalisation de ces coussins m'a permis de découvrir une technique nouvelle pour moi, car il faut faire suivre les laines, comme pour du jacquard ; juste un peu de patience et d'attention pour ne pas emmêler les fils, c'est tout.

Du coup, ça m'a inspirée un plaid dont je vous ai déjà parlé vaguement et que je vous montrerai quand il sera achevé (135 x 135, c'est du boulot et en ce moment, il fait bien chaud pour se tenir à un tel ouvrage...)

POCHON MARION 3

 Avril : petits cadeaux.

2 pochons avec leur pique-aiguilles assorti. L'un est pour Marion et l'autre attend de partir sous d'autres cieux

DOUDOUS

D'autres cadeaux rigolos pour petit et grandes : un mouton pour Joël né en août dernier, dont la maman est bergère ; et de drôles de bébêtes pour Nina (le bleu) et Marion (l'écru)

Si je vous présente ces doudous devant la photo du livre, ce n'est pas pour faire de la publicité, je n'y ai aucun intérêt... J'ai juste envie de vous montrer ma version à moi. J'en ai d'autres en cours de crochetage et d'autres encore dans ma tête. Le livre me sert de base pour la compréhension de l'ensemble et j'y corrige (hélas) tout un tas d'erreurs dans les explications, ce qui ne manque pas de me scandaliser, parce que, quand même, il me semble qu'un livre, ça ne devrait pas être un travail d'amateur...

DIVERS

Mai : un chapeau pour le cheval d'une copine de Nina, un pot à crayons et un sac pour la maman de bébé Joël (le carré boule bien connu)

BOLERO ET PELERINE

 Toujours en mai : une pèlerine et un boléro baptisé Pierrette.

Commencée cet hiver, voici enfin ma pèlerine terminée. Je regrette que la mauvaise lumière pour la prise de vue ne la mette pas davantage en valeur. Laine Rowan Kidsilk Spray offerte pour le haut arachnéen et Lana Stop Fino Zafiro en deux tons très proches pour les deux morceaux du bas. Aiguilles 4,5.

Techniquement, c'est archi-simple : trois bandes au point de chevron de longueur et de largeur différentes, réunies par quelques rangs au point mousse... Le modèle est issu d'un catalogue Georges Picaud des années 80.

Le boléro nommé Pierrette est celui que j'évoquais plus haut, tricoté de haut en bas et d'une seule pièce. Il est issu d'un catalogue américain téléchargé via le site Interweave. Ma version a été réalisée avec 160 grammes de laine Mirage de Bergère de France, donnée par Pierrette en échange de mes "cours" de crochet. Ne cherchez pas cette laine, elle n'existe plus.

TOUR DE COU SYLVIE

Juin : tour de cou asymétrique...

C'est après m'être littéralement pâmée devant la photo d'un tour de cou paru sur le blog de Justjen-knitstitches que j'ai décidé d'interpréter le modèle à ma façon. : j'ai remplacé les mailles serrées, le gros crochet et la laine sport par des brides, un crochet fin et de la Drops Delight (2 pelotes = 350 mètres)

Je me demande si j'ai le droit de considérer cet ouvrage comme ma création, dans la mesure où j'ai dérivé d'un modèle déjà connu et partagé sur le Net... Je me rends compte que les gens sont sévères, voire féroces en matière de copyright et que trop de créateurs, des vrais, se font dépouiller. Le problème, c'est qu'aujourd'hui, on se sait plus très bien qui est qui, qui a volé à qui, qui a commencé quoi, et je sens une vague de paranoïa, d'écoeurement, voire d'interdits se profiler à l'horizon de la blogo... Suis-je trop craintive, trop timorée, ou en avance sur mon temps ? En tout cas, il suffit d'aller voir ce qui arrive à Kate Davies pour être édifiée par le pillage dont certains sont victimes. Donc, je ne me vanterai pas trop avec "mon" tour de cou...

CHALE SALSAMELIE

2ème version en Blue Face Leicester, teinte par Salsamélie.

Un tour de cou bien plus ample que le précédent, crocheté avec 100 grammes pour 559 mètres de laine que j'ai filée au rouet et laissée en 1 seul brin.  Crochet n°3. Encore une fois, la mauvaise qualité de la photo est loin de lui rendre ses couleurs si lumineuses ! Pourquoi suis-je aussi nulle avec mon appareil numérique ???

D'autres tours de cou identiques sont en cours de réalisation dans des coloris différents ; j'ai fait une fiche explicative mais je n'ose pas la mettre en vente, par crainte de poursuites, car je ne sais pas si on a le droit de commercialiser l'interprétation d'un modèle existant...

 

**********

 

Bon, il est temps que j'en termine avec cet article que, par manque de temps (pour changer !) j'ai rédigé en plusieurs fois et qui, par conséquent, ne cesse de s'allonger au fur et à mesure de mes relectures. Il faut que ça cesse un jour, je vais finir par vous lasser, vous endormir ou vous agacer...

J'ai sous la main encore d'autres ouvrages (commencés depuis 3 ans pour certains) terminés récemment : une jupe "relookée", deux sacs 22 carrés, d'autres chapeaux pour cheval, des cols en laine filée main, l'un acheté en kit chez Ladybird, l'autre fait par moi-même, ainsi qu'un troc qui vaut son pesant d'or avec Claudine, les coussins d'inspiration Vasarely enfin terminés et sans doute des trucs que j'ai oubliés mais dont je vais retrouver les photos bien vite.

Allez, je vous promets de revenir avant l'automne, cette fois... Je suis  bientôt en congés, j'aurai un peu plus de temps, en principe !

Et pour le moment, je vous salue bien amicalement à toutes et vous remercie pour votre patience et votre attention, ainsi que pour vos commentaires qui me font chaud au coeur !

Bises à toutes et à bientôt...